Ombre (Eurydice parle)

de Elfriede Jelinek

production les Louves à minuit

En cours de création

Donner (enfin) voix à Eurydice


Depuis le Royaume des Morts où la morsure d’un serpent l’a conduite et où Orphée l’a condamnée à vivre, il s’agit d’écouter Eurydice donc. Écouter la voix, la profération, l’incantation que lui prodigue l’écriture vibrante de Jelinek. Prêter oreille à son souffle de femme paradoxalement enfin libérée d’un amour pour Orphée qui s’avère aussi astreignant qu’éreintant, l’observer commencer une vie dans l’ombre, une existence qui est de façon radicale une existence nouvelle. Envisager sa descente aux enfers comme une éclatante libération, l’émancipation incontestée d’une parole créatrice et féministe, assister à la (re)naissance d’une poétesse.

 
Qu’on se le dise, chez Jelinek, Eurydice était loin d’être heureuse avec Orphée. Elle était assujettie à une vision édulcorée et patriarcale de l’amour romantique, arrimée à son apparence terrestre et à ses fringales de shopping, dévouée à l’avènement du génie masculin de son sérial-rockeur d’amant. Dépouillée de tout, étrangement soulagée de laisser Orphée remonter vers les lumières des villes et des scènes, Eurydice peut alors s’autoriser le luxe de ne plus être que « rien » et donc d’affirmer « je suis ». Assertion bouleversante qui est au cœur de mon geste de mise en scène. Il s’agit pour moi d’inverser le topos de la complainte de l’éternelle abandonnée, de prendre à rebours le chant d’Orphée, de sublimer le paradoxe : Eurydice esseulée parmi les ombres est une femme qui, pour la première fois, agit. Nous sommes au cœur de la « chambre à soi » woolfienne réinterprété par Jelinek : l’obscure solitude, le détachement des dominations, devient par essence le lieu du déploiement du cri lyrique féminin. 


Un royaume des ombres qui fait écho aux enjeux qui ont habité Jelinek, « la sauvage », toute sa vie. L’écrivaine vit aujourd’hui presque retirée du monde, ne communiquant que par son site internet et lors de très rares interviews. Eurydice et Jelinek semblent déployer une vibration commune. Comme Christine Lecerf l’évoque dans son article paru dans le quotidien Le Monde en 2016 : « ce qui demeure intact et sans bornes, c’est la colère d’Elfriede Jelinek. La violence faite aux femmes, les structures inviolables de leur domination sociale, politique et artistique, l’asservissement du corps, le mépris de la pensée, l’interdit de création, rien ne change sur ce terrain-là, et ça rend dingue. »


C’est donc un cri du cœur aussi intime que politique que portent de concert Eurydice et Jelinek, et c’est cette parole aussi rare que précieuse qu’il s’agit de faire résonner au plateau.

CALENDRIER

Octobre 2022 : Résidence au CDN de Besançon.

Décembre 2022 : Résidence aux Plateaux Sauvages, Paris.

Du 3 au 17 janvier 2023 : Répétitions aux Plateaux Sauvages, Paris

Du 18 au 28 janvier : création aux Plateaux Sauvages, Paris

28 février et 1er mars : MJC de Saint Saulve dans le cadre du Cabaret de Curiosités du Phénix

5 et 6 avril : CDN de Besançon 

16 et 17 mai : CDN d'Orléans

harleyweir16.jpg

©Harley Weir

MISE EN SCÈNE Marie Fortuit
AVEC Romain Dutheuil et Lucie Leclerc
DRAMATURGIE Floriane Comméléran
SCÉNOGRAPHIE Louise Sari
CRÉATION SONORE Elisa Monteil
COMPOSITION ET ÉCRITURE DES CHANSONS Mathilde Forget
CRÉATION VIDÉO Esmeralda Da costa
CRÉATION LUMIÈRE Thomas Cottereau

COSTUMES Coline Dubois-Gryspeert

PRODUCTION Les Louves à Minuit.
CO-PRODUCTION CDN de Besançon, CDN d’Orléans, Le Phénix - Scène nationale de Valenciennes
SOUTIENS Lilas en Scène et Théâtre Massenet

ADMINISTRATION Célia Cadran

DIFFUSION En votre Compagnie